Le mot des coachs Blue Sharks

08

Avr

Équipes
Une nouvelle équipe est entrée en lice lors de la deuxième journée du Challenge National. Les Blue Sharks se sont crées en cours de saison, peu de temps avant le début du Challenge National. Il s’agit de l’alliance entre les Blue Stars de Marseille et les Sharks de Valence deux équipes rookies. Séparées par deux heures de routes, les deux équipes ont relevés le défi de l’alliance inter-club. Quelques jours avant leur deuxième rencontres face aux Ours de Toulouse les deux coachs de l’alliance sudiste nous exposent leur démarche et leurs objectifs.

1/ Pouvez-vous vous présenter s’il vous plaît ?

Mickaël Adrian (Sharks) : J’ai 32 ans et je suis le président du club des Sharks de Valence depuis sa création en 2002. Après de nombreuses saisons comme entraineur des U19 puis des Seniors, j’avais mis entre parenthèse l’an passé le coaching pour me consacrer à d’autres projets au sein du club.

Nathan Jackson (Blue Stars) : J’ai 20 ans, et j’en suis à ma 6ème année de football. J’ai été Quarterback pendant 5 ans en cadets/juniors et maintenant je suis Cornerback en seniors. J’ai été Champion de France en U19 à 11 la saison passée.

Nathan Jackson, coach des Blue Stars de Marseille
Nathan Jackson, coach des Blue Stars de Marseille

2/ Comment t’es venue l’envie de coacher des joueuses femmes ?

Mickaël Adrian (Sharks) : Nous avions une demande croissante de femmes souhaitant pratiquer notre sport. Le développement de nombreuses équipes en France et la mise en place de regroupements par la Ligue Rhône-Alpes nous ont convaincus que c’était le moment de créer une section féminine. Il m’est paru important d’accompagner et de m’investir dans le lancement de ce nouveau projet.

Nathan Jackson (Blue Stars) : Cela fait maintenant 3 ans que je prends plaisir à coacher les jeunes sections (minimes/cadets) et je me suis dis que d’aider une section feminine à se développer serait un challenge de taille.

3/ Selon toi cela est-il différent que de coacher des hommes ? En quoi ?

Mickaël Adrian (Sharks) : Fondamentalement, il n’y a pas d’énorme changement au niveau coaching. On se rend compte pourtant rapidement de différences.Les femmes intègrent et appliquent beaucoup plus rapidement les consignes. Je trouve que la progression technique est ainsi plus rapide. Elles ont également davantage de rigueur. Mais parfois, elles en oublient un peu l’essentiel : se faire plaisir en jouant !

Nathan Jackson (Blue Stars) : Cela, par contre, est très différent. Les mecs sont largement moins dissipés que les filles en général. Il y a largement moins de problèmes de discipline. Lorsque l’on donne un ordre, il y a parfois besoin de répéter, mais c’est assez ordonné. Dans le cas des filles, elles ont tendances à discuter les consignes, donner leurs avis et à chercher par tout les moyens à comprendre la logique de celles-ci. Par contre, la capacité à assimiler une technique et/ou un playbook en général est nettement au dessus chez les filles.

Blue Sharks, training pré-match
Blue Sharks, training pré-match_Photo de Mickael Adrian

4/ En créant une nouvelle équipe, les Blue Stars/Sharks. Quelles étaient vos envies ? Vos objectifs ?

Mickaël Adrian (Sharks) : Les effectifs de Marseille et de Valence n’étaient pas suffisants pour participer chacun de son côté au Challenge. En début de saison, nous nous sommes alors rapprochés (malgré les 2 heures de route qui nous séparent) et avons mis en place cette entente. L’objectif reste la formation de nos joueuses et de leur permettre de jouer leurs premiers matchs. Les scores et résultats sont vraiment secondaires.

Nathan Jackson (Blue Stars) : En créant cette alliance, notre but premier était de faire jouer nos filles. Nous n’avions pas assez de joueuses pour pouvoir prétendre au challenge féminin, donc l’alliance avec un club voisin nous a paru la solution la plus plausible.

4/ Maintenant que vous êtes en alliance, ont-ils évolués ?

Mickaël Adrian (Sharks) : Non, la priorité reste toujours de parfaire notre formation et que les joueuses puissent progresser au fil des matchs de ce Challenge.

Nathan Jackson (Blue Stars) : Maintenant que notre alliance est en route, notre but premier est toujours de faire jouer nos filles et qu’elles prennent le plus de plaisir possible sur le terrain.

Blue Sharks' Offense
Blue Sharks’ Offense_Photo de Mickaël Adrian

5/ Le fait de gérer une alliance est un challenge en soit. Peux-tu nous donner ton ressenti à ce sujet stp ?

Mickaël Adrian (Sharks) : C’est sûr que la distance complique un peu le travail mais la communication entre nous (effectifs et coaching staff) nous permet de compenser la distance et d’avancer ensemble. Nous avons organisé déjà trois rassemblements et d’autres sont prévus pour que le collectif puisse travailler ensemble sur le terrain.

Nathan Jackson (Blue Stars) : Le seul point faible que je vois à cela c’est de ne pas avoir tout les entraînements ensemble. Nous essayons quand même d’organiser aussi souvent que possible des rassemblements, histoire d’être au point les jours de matchs.

6/ Comment vois-tu l’évolution du football américain féminin en France ?

Mickaël Adrian (Sharks) : Nous en sommes au tout début du football américain féminin. Comme l’était le footUS masculin, il y a quelques années. Il faudra du temps, de la patience et du travail pour développer la pratique.

Nathan Jackson (Blue Stars) : Je pense que le football américain féminin en France a devant lui un grand avenir. De par la communication sur les réseaux sociaux et autres, les sections féminines se rempliront de plus en plus pour enfin, pourquoi pas, être autant qu’une section masculine.

Quels seraient les prochaines étapes pour l’aider à se développer selon toi ?

Mickaël Adrian (Sharks) : Il est nécessaire de soutenir la création et le développement de sections féminines. Compte-tenu des effectifs importants que nous demande notre sport, la mise en place d’ententes entre clubs est une bonne alternative et doit permettre à chacun d’être un tremplin pour son développement.

Nathan Jackson (Blue Stars) : Pourquoi pas mettre en place, comme à Thônon-Les-Bains cette année, des rassemblements féminins, deux ou trois fois dans l’année, ou encore créer des équipes régionales et/ou de France Féminines.

Blue Sharks' run
Blue Sharks’ run_Photo de Mickaël Adrian

Un mot pour conclure ? 

Nathan Jackson (Blue Stars) : Pour conclure, je souhaiterais encourager toute les équipes féminines, qui ont encore du mal à évoluer car seul peu de personne savent à quel point c’est compliqué de grandir dans ce milieu.

Merci aux coachs pour le temps accordé et pour leur investissement dans le football américain féminin. Good luck aux Blue Sharks pour leur prochain match face aux Ours le 10 avril.

Pour la liste de tous les matchs à venir.

Sylvie Aïbeche